concevoir son projet


Vous souhaitez construire un bâtiment, mais vous ne savez pas comment vous y rendre, cette page est pour vous.
Elle permet de répondre aux questions qui nous sont le plus souvent posées.
Mais seul une étude plus approfondie de votre projet pourra vous donner des indications précises.

     











L'emplacement du terrain:

Pour construire un bâtiment, il faut un terrain. A moins que vous ne réalisiez un habitat mobile.

Premier point à regarder:
Ai-je le droit de construire?
Cela dépend de l'emplacement du terrain sur la commune, il y a des zonages. Cela dépend parfois aussi de votre statut. Si vous êtes agriculteur , vous pouvez parfois construire en zone agricole, mais attention c'est de plus en plus difficile.

Ensuite, il faudra regarder ou placer le bâtiment. La aussi il y a parfois des distances à respecter par rapport aux limites de terrain.
Il y a aussi des hauteurs à ne pas dépasser , et parfois une certaine surface de bâtiment par rapport à la surface du terrain.

Vous trouverez tout ces renseignements à la mairie.

Une fois que vous avez ces informations, il faudra choisir le meilleur emplacement sur le terrain. Cela dépend un peu de l'usage du bâtiment, mais en général on essai d'orienter le bâtiment pour qu'il bénéficie au mieux de l’ensoleillement afin de profiter du chauffage solaire. C'est à dire plein sud.
Si vous avez des obstacles au sud du terrain, il faudra mettre le bâtiment le plus possible au nord.

Le climat:

En fonction de ou se situe le bâtiment, vous ne serez pas exposé de la même manière: au vent, à la neige, au soleil.
Cela aura des conséquences sur la forme et la structure du bâtiment, ainsi que son orientation.

On ne conçoit pas un bâtiment de la même façon si il est en bord de mer exposé aux embrun, pour résister au hivers rigoureux en altitude  ou pour résister à des été caniculaires en ville dans le sud de la France.

La forme du bâti traditionnelle de votre région est souvent une bonne source d'inspiration.

La conception du bâtiment:

Vous devez d'abord réfléchir à l'usage du bâtiment , et ce sur toute sa durée de vie.
Une habitation peut être conçu pour une grande famille, mais ça ne dure qu'un temps, et quand les enfants partent il peut être utile d'envisager de transformer une partie de la maison en logement locatif.

Pour les bâtiments à usage professionnelles, et notamment ceux amené à recevoir du public, il y a des normes à respecter: sanitaire, incendie, handicapé...

Le bâtiment doit-il être isolé? Contre le froid? La chaleur? Les deux?

De quelle surface avez vous réellement besoin? On a souvent la folie des grandeur, et on revoit souvent sa copie lors qu’arrive les premiers devis. On a en général besoin de bien moins grand qu'on ne le pense.

Y'a t-il des contraintes imposées par le permis de construire? Forme du toit, type de tuile, bardage ou enduit, couleur de celui-ci etc..

Une fois seulement que vous avez tout ces éléments, et que vous savez ou vous allez construire, vous pouvez réfléchir à la conception du bâtiment.
C'est le rôle d'un architecte que de vous aider à y réfléchir.
Il existe aussi des formations et des livres sur le sujet.

Le choix des matériaux:

Il y a beaucoup de critères à comparer entre les différents matériaux, et beaucoup de question à se poser:

    - Est-il performants pour l'usage que je veux en faire: isolation contre le chaud, le froid.
    - Est ce plutôt un isolant ou un matériaux à inertie. Ou un peu des 2!
    - Est-il résistant mécaniquement pour leur usage: usure, portance, résistance en zone sismique....
    - Est-ils respirant ou étanche? à l'eau ou à la vapeur d'eau.
    - Quelle est son impact sur l'environnement: présence de polluants, énergie grise, recyclabilité en fin de vie...
    - Est-il produit localement?
    - S'agit d'un produit bio-sourcé?
    - Puis je le trouver et les transporter facilement?
    - Ces caractéristiques correspondent t-elle au normes en vigueur appliquées au bâtiment?
 Par exemple, tous les isolants ne sont pas toujours bien reconnus dans le cadre de la RT2012.

Il faudra souvent employé plusieurs matériaux différents pour répondre aux différents usages du bâtiment.

L'humidité, la ventilation et l'étanchéité à l'air.

Reportez vous à cette page du site.

La technique de construction:

Elle est lié au matériaux choisit, et il y a souvent plusieurs façons différentes de poser un même matériaux.
Rien que pour la botte de paille, il y a 4 ou 5 grand type de pose avec plusieurs variantes.

Le choix de la technique dépendra principalement de:
- Qui réalise les travaux? Si c'est un autoconstructeur, presque tout est possible. Si c'est une entreprise et qu'en plus le chantier est soumis à un bureau de contrôle, le choix sera plus limité. C'est souvent l'entreprise que vous choisirez qui vous proposera les techniques dont elle a l'habitude.
- Quelle est votre budget?
- En autoconstruction: du temps dont vous disposez et de vos compétences.

Les fondations:


Le rôle principale des fondations et de faire la liaison entre le bâtiment est le sol.

Mais elles servent aussi à:

- Attendre la profondeur hors gel.

- Pour les sols constitués d'argiles gonflantes, d'attendre la profondeur hors-sécheresse.

- D'ancrer les bâtiments léger pour qu'ils ne s’envolent pas.

- De réaliser un chaînage en partie basse pour les zones sismique. Encore que ce n'est pas à cet endroit que ce soit le plus important.

C'est bien le sol qui porte le bâtiment et non la fondation, elles servent juste à répartir uniformément les charges du bâtiment. Elle doivent donc juste être plus résistante que le sol. Le béton de ciment a beau être plus dur qu'un béton de chaux, ça n'apporte rien de plus que ce dernier qui est déjà largement assez résistant.

Le choix de la taille, de la profondeur et le type de fondation, dépendra d'un rapport entre les charges appliquées au bâtiment et la résistance du sol.

Voici les grand type de fondation.

Les fondation linéaires:

C'est la cas le plus courant, la fondation est continue sous tout les murs périphérique et sous les murs de refend.
Cela permet de répartir le poids du bâtiment sur une assez grande surface, on ajustera la largeur de la semelle de fondation en fonction de la résistance du sol. En général autours de 50 cm.
Ce type de fondation permet de chaîner ensemble l'ensemble des fondations, pour répondre aux normes sismiques.
Elles sont adaptées pour des bâtiments assez lourd avec des murs en maçonnerie, et quand on décide de réaliser une dalle sur terre plein.

Le plus courant est réaliser des fondations en béton armée, mais il existe des alternatives: par exemple les fondations cyclopéennes à la chaux, les fondations sur pneus.

Le radier:

Il s'agit de fondations superficielles, constitué d'une dalle en béton armée assez épaisse. Il s'agit de se servir de cette dalle pour répartir le poids du bâtiment sur une grande surface. Dans le cas d'un sol un peu mou par exemple.Il faut un terrain plat.
Attention ce type de fondation n'est pas adapté à tous les terrains, ni toutes les constructions.

Les fondations sur plot ou sur pieux:

Il s'agit de répartir le poids du bâtiment sur quelques points.
Elles sont utilisées pour des bâtiments ou le poids est concentré sur quelques points seulement, comme un hangar en structure poteau poutre par  exemple.
Cela permet aussi de réaliser des fondations très profondes, et d'aller chercher un sol plus dure et/ou de se servir de la forte de frottement des pieux des fondations. Cela peut être intéressant sur des sol argileux par exemple.
Dans ce cas, le sol du bâtiment est souvent constitué d'une dalle bois sur vide sanitaire.

Ce type de fondation réduit fortement la quantité de matériaux utilisés, et elles sont plus facilement réversibles. Mais elles peuvent demander le calcul d'un bureau d'étude.

Il y a plusieurs techniques: des plots en maçonnerie (béton ou pierre/chaux), des pieux métalliques, des pieux visés, des pieux en bois...


Le sol du bâtiment:

Il y a principalement 2 type de dalles au rez de chaussé:

- La dalle sur terre plein:

Elle est appuyée directement sur le sol, elle est souvent constituée d'une dalle en maçonnerie qui repose sur un hérisson de cailloux.
Si elle n'est pas isolé par en dessous, elle offre le gros avantage de bénéficier de l'inertie du sol, ce qui est très important pour le confort d'été. Par contre il faudra l'isoler sur les côtés.
C'est aussi la technique la plus économique.

On peut réaliser plusieurs type de dalle: en béton de ciment, en béton de chaux, en béton de chaux fibré, en béton de terre.

L'avantage est que l'on est pas limité pour le poids des matériaux, pour le revêtement de sol comme pour la réalisation de cloisons lourdes.

- La dalle sur vide sanitaire:

La dalle repose ici sur des fondations périphérique ou des plots. Elle doit être autoportante.
Elle offre l'avantage de pouvoir ventiler sous la dalle, ce qui est utile quand le sol est humide.
Elle impose souvent d'isoler sous ou dans l'épaisseur de la dalle.
Le poids de tous les matériaux et de toutes les charges d'exploitation doivent bien être pris en compte dans le dimensionnement de cette dalle.

On trouve principalement: des dalles en béton armée, des dalles bois.
Les planchers d'étages sont faits sur le même principe.

- Le revêtement de sol:

La nature du revêtement de sol joue fortement sur la sensation de confort thermique.
Les revêtement d'origine végétales offre une sensation de chaleur que n'ont pas la plupart des matériaux minéraux.

Les plus courant sont le carrelage en céramique collée ou le plancher bois.
Mais il y a aussi:
- Le vrai linoléum (pas en PVC).
- Les carreaux de terre cuite, ou la pierre, posés sur chape maigre.
- Les finitions lissés à la chaux.
- Les finitions en terre crues cirée.
- Le bois de bout.
etc..
Ces types de finitions ont l'avantage de laisser respirer le sol.

Les murs:

C'est la qu'il y a le plus de techniques différentes.
Il y a 2 grandes familles:

Les murs en maçonnerie.

Traditionnellement ils sont en pierre, en brique cuite ou en terre crue. La terre reste encore la technique la plus utilisée dans le monde à l'heure actuelle. On trouve par exemple: Le pisé, la BTC, les briques d'Adobe , la bauge ou COB...
Plus récemment, on construit en bloc béton, en béton armée, en divers briques isolantes (béton cellulaire, pierre ponce etc...).

Ce type de mur est très lourd et offre l'avantage d'apporter beaucoup d'inertie au bâtiment, à condition que l'isolant soit à l'extérieur.
Sans isolants ces murs sont très peu performants contre le froid.

La aussi, préférez les matériaux respirant qui offrent un bien meilleur confort thermique.

Les murs en ossature bois.

Plus légère et plus facile à isoler, les techniques d'ossature bois sont les plus utilisées en ecoconstruction.
On peut leur reprocher leur manque d'inertie, mais il facile d'en rajouter à de nombreux endroits.

Le revêtement

Il y a la aussi 2 grands types de revêtement, qui peuvent s'adapter sur presque tout les bâtiments.

- L'enduit: Imbattable en matière de prix, mais assez long et physique à réaliser. Il peut être à la chaux , en plâtre, en terre , fibré ou non, ou un mélange de tout ça. D'une manière général éviter l'enduit ciment qui est beaucoup trop rigide et étanche.

- Le bardage: En général en bois. Il est plus coûteux en matériaux, mais très résistant aux intempéries et assez simple et rapide à poser.

Le Toit:

C'est la partie la plus délicate, en particulier pour équipements traversant la toiture. Une fuite à cette endroit est lourd de conséquence. Et c'est en général une parte importante du budget du bâtiment.
La forme et la pente de la toiture est importante, elle doit s'adapter, aux contraintes d'urbanisme, au climat, à la possibilité d'y installer des panneaux solaires, à la nature du revêtement.
Les toitures plates sont les plus faciles à réaliser, mais aussi si celles qui permettent les moins grandes portées.
Pensez au débords de toiture sur toutes les faces, qui offrent une protection souvent indispensable pour les murs.

La toiture en tuile est la plus courante, mais c'est la toiture en tôle, ou fibro-ciment qui est la plus économique, sauf elle n'est pas toujours tolérée.
La toiture végétale est une solution assez économique et facile à réaliser qui offre de nombreux autres avantages.

L'isolant:

Seul l'air immobile isole vraiment du froid. Il vous faudra donc une bonne épaisseur d'un matériaux léger.
Pour le chaud, c'est différent c'est au contraire les isolants les plus lourds qui vont offrir le meilleur déphasage thermique.
La dessus s'ajoute la capacité de l'isolant à laisser passer l'humidité , sans se dégrader tout en gardant ses performance. Les isolant minéraux sont très mauvais pour ça, ils demandent à être mis complètement à l’abri de l'humidité par un pare-vapeur qui doit être posé à la perfection, ce qui est rarement le cas.
On n'isolera pas partout pareil, le tableau suivant vous donne quelques pistes.


 Recommandation  Épaisseur recommandée
 Exemples d'isolation
Le toit  A isoler en priorité, surtout contre la chaleur dans le sud de la France  30 à 40 cm
Isolant dense, mais pas trop à cause de la surcharge que cela peut engendrer:
- Bottes de Paille.
- Paille de lavande en vrac.
- Balles de céréale.
- Chènevotte de chanvre.
....

Le mur Nord Il faut isoler plutôt contre le froid. 20 cm

Les même que pour le toit.
Ou un isolant plus léger peut convenir.
- Laine de chanvre .
- Ouate de cellulose.
- Fibre de bois.
...

Les murs Ouest et Est Pour le chaud et le froid.  20 cm
On isole en général comme le mur nord.
Le mur Sud On a en général plus besoin d'inertie  que d'isolation.  20 cm
 Du lourd.
- Terre-paille.
- Terre coulées.
- Chaux fibre.

Ou du très lourd:
- Pisé.
- BTC.
- Adobe / torchis.
 Le sol
 Il n'est pas forcément recommandé d'isoler le sol, pour conserver l'inertie.
Sauf en périphérie.
 10 cm
- Liège expansé.
- Béton de chaux fibré.

 

Le système de chauffage:

Sur une maison neuve bien conçue et bien isolée, la question du chauffage devient vite secondaire. Voir même superflu dans le cas de l'habitat passif.
C'est plus facile dans le sud de la France, mais même si vous habitez à Bailleul sire berthoult dans le Pas de Calais ou à Kergrac'h dans le Finistère, c'est le soleil qui assurera une bonne partie du chauffage.
Un poêle à bois performant et correctement dimensionné permettra de combler les période sans soleil, en utilisant très peu de bois.

En rénovation, c'est parfois plus difficile, on ne peut pas toujours atteindre les même performances, et surtout la forme du bâtiment ne permet pas toujours d'installer un poêle à bois de manière centrale.
Dans ce cas ce figure on peut avoir recours à d'autres solutions:
- Le poêle de masse,
- Les poêle bouilleur ou chaudière à bois ou granulé.
- Des système de chauffage par le sol ou de murs chauffants.

Méfiez vous des pompes à chaleurs, elles sont loin d'avoir les performances indiquées. Seuls certains type de pompe à chaleur géothermique, bien dimensionnées et correctement installées peuvent être envisagées .

Tout est dans le détail:

Une bâtiment, ça n'est pas que des murs et un toit, mais c'est surtout une liaison entre un mur et un toit.
Et un millier d'autres détails à régler, notamment liées au second œuvre, comme par exemple:
- Ou passer mon électricité et ma plomberie?
- Comment assurer l'étanchéité à l'air et à l'eau autour des huisseries?
- Comment traverser mon mur ou mon toit?
- Comment fixer mes volets?
...

Tous ces détails doivent au maximum être anticipés, et il y a presque autant de cas de figure que de chantier.
Il serait presque impossible de décrire toutes les solutions à tout ces problèmes.
C'est certainement sur ces points que le conseil d'un professionnel est le plus utile.

Une maison clés en main:

Si vous cherchez un entrepreneur susceptible de vous fournir une maison clés en main utilisant entièrement ces techniques alternatives, ils sont rares, voir inexistants dans certaines régions.

Vous aurez souvent affaire à plusieurs artisans:
- Le maçon pour vous faire les fondations et la dalle en maçonnerie si c'est votre choix. Sur ce point , il est très difficile de trouver un artisan qui vous propose autre chose que des fondations en béton armée.
- Les lots plomberie et électricité, sont quasiment toujours fait par des entreprises spécialisés.
- Le charpentier qui vous fera l'ossature et la toiture. Certaines régions sont mieux pourvues en artisans que d'autres, en particulier en zone de montagne.
- Si vous rester sur une construction par voie sèche, le charpentier pourra souvent réaliser: la pose des menuiseries, de l'isolant (en panneau ou en vrac), le bardage, les cloisons et parement intérieurs du style: placo, lambris etc... On commence à trouver des charpentiers qui savent poser de la botte de paille, et parfois enduire des maisons ossatures bois.
- Si vous sortez de ces techniques classiques, et en particulier des filières par voie humide: enduits terre, enduits sur bottes de paille, terre-paille, bétons de fibres banchés, BTC...
Il vous faudra quasiment un intervenant différent à chaque fois, et c'est plus ou moins facile d'en trouver selon les secteurs.

Cela reste forcément plus compliqué que de rester dans le système conventionnelle très standardisé et monolithique.

Malgré tout l'offre commence à se développer. On trouve des artisans spécialisés dans la projection d'enduits terre qui se déplacent parfois assez loin.
Et aussi, certaines de ces techniques sont assez proches de techniques de maçonnerie classique, comme l'enduit terre ou la pose de BTC. C'est l'occasion de proposer à votre artisans locale d'essayer ces techniques.

Sinon, il vous reste l'autoconstruction, qui vous offre une plus grande liberté de choix.

L'autoconstruction:

L'autoconstruction d'un bâtiment offre plusieurs avantages:
- Réduire le coût de construction.
- Permettre un plus grand choix de matériaux et de techniques à utiliser.
- Avoir le plaisir et la fierté de faire soit même sa maison.
- Savoir entretenir son bâtiment.
- Se faire la main et se former aux techniques du bâtiment.

Mais attention, cela demande du temps (parfois même beaucoup de temps) et des compétences très variées.
Un chantier mal conçu, mal préparé et mal organisé peut s'avérer catastrophique.

Nos conseils:
- Renseignez vous,
- Formez vous,
- Allez sur des chantiers participatifs.
- Faîtes vous accompagnez, ne serais que lors de la conception.
Vous gagnerez du temps et de l'argent!!

Si vous êtes dans le quart sud est nous pouvons vous former et/ou vous accompagner.

Les assurances et la réglementation

Consultez notre page dédié à ce sujet.

Et au final combien ça coûte?

Consultez notre page dédié à ce sujet.

Pour aller plus loin:

Notre formation sur le sujet: Concevoir un bâtiment écologique performant

Comments