Plancher à la provençale en torchis

Nous mettons à disposition ces précieuses informations gratuitement, elles sont le fruit de notre expérience et d'un long travail.

Il s'agit d'un plancher en torchis à la provençale. Les technique de planchers en torchis sont très nombreuses mais plutôt plus au Nord. Les planchers à la provençale en plâtre sont légions. Mais les deux combinées c'est certainement une première mondiale.

Pourquoi un plancher en torchis?:

  • C'est on ne peut plus écologique, les matériaux utilisés nécessite très peu d’énergie à la fabrication et sont très sains.
  • C'est très solide, autant qu'un plancher conventionnel en bois.
  • C'est un très bon isolant phonique, en particulier pour les bruits aériens. Mais aussi pour les bruits d'impacts si l'on arrive à désolidariser le revêtement final de la structure porteuse.
  • C'est on ne peut plus économique. Un peu de bois pour la structure, un peu de plâtre, une pointe de chaux, de la terre et de la paille. Et le coût du revêtement final, ici un plancher bois.
  • C'est facile à faire.


Un peu de technique:

- La structure de base est portée par des "kes". Il s'agit de morceaux de bois d'environ 1,5 m de de long de formes tringulaires, d'environs 8 cm de largeur et de hauteur.  Il y'a une face à peu prés droite, celle que l'on verra en dessous, et les autres plus irrégulières. On peu aussi prendre des demi-rond, ce sont des sortes de rondins de même dimensions coupé en 2 dans le sens de la longueur, de façon à avoir aussi une face droite. - Ces "kes"sont portées par des poutres qui sont donc espacé d'un peu moins de la longeur des Kes. Dans mon cas il s'agit de vieilles kes récupérées sur un chantier. J'ai donc un espacement entre les poutres d'environs 1,3m. - On commence donc par cloué les extrémités de ces "Kes" sur les poutres, et/ou par les sceller dans le mur, si possible avec du plâtre. On laisse un espaces de quelques centimètres entre les Kes et on les aligne comme on peut. Il faut le faire à l’œil par en dessous. Les Kes doivent porter sur au moins 5 cm sur la poutre et 10 cm dans le mur, voir plus pour du pisé.

- On coffre par dessous, soit tout d'un coup, soit par petit bout. On coffre soit avec des planches ou des panneaux. On peut poser une mousse sur le panneaux (ici de la laine de chanvre), et la recouvrir d'un plastique. De cette façon la mousse épousera mieux la forme irrégulière des Kes. On peut tenir ce panneaux simplement à l'aide d'un étais à pompe comme ici.


- On passe ensuite au dessus et on déverse un peu de plâtre entre les kes, pour qu'il y ait au moins 1 cm au fond. Utilisé un plâtre manuel.


Une fois que le plâtre à fait sa prise, au bout d'environ 1/2 heure, on retire les planches en dessous. Puis on gratte les bavures avec une langue de chat tant que le plâtre est encore frais.  Plus on attend plus c'est dur.

On peut compter un sac de plâtre pour 10 m2. Et 5 m2 à l'heure réalisé par personne.
De cette façon votre plancher torchis aura l'aspect d'un plancher à la provençale par dessous. En fait le plancher à la provençale c'est la même chose sauf qu'on met 10 cm de plâtre. Ce n'est donc pas le même coût!!

Voici le résultat vu d'en dessou.

Les traces de plâtre sur les Kes doivent être gratté et frottées avec un éponge quand c'est encore frais. On passera ensuite de l'huile de lin sur les Kes quand ce sera sec. L'huile de lin fera disparaître les dernière traces de plâtre sur les kes.

- Quand le pâtre à bien durcis (au minimum 1h aprés). On met une couche de torchis juqu'à raz du haut des kes.
Le torchis: C'est en fait un mélange de terre et de paille.
J'ai utilisé de la paille de lavande broyé. Une autre paille broyé peut faire l'affaire, de la paillette de lin ou de la chènevotte de chanvre aussi. L'essentiel c'est de ne pas avoir des brins trop long (max 10 cm).
Le mélange peut varier en fonction de chaque terre, c'est surtout la quantité de sable pui pourrait changer.
Voici le mélange pour ma terre:
 8 volume de terre / 2 volume de sable / 1 volume de NHL / 1 volume de paille de lavande
La chaux (NHL) est facultative, ca rend le mélange un peu plus dur, la prise plus rapide, ce qui permet de marcher sur le torchis assez vite (A semaine aprés environ).

Il faut faire un mélange le plus sec possible, on peut le faire à la bétonnière. Ca doit faire des grosses mottes dans la bétonnière. Le torchis doit garder la forme du saut quand on le démoule.



On étale ensuite ce mélange entre les "kes" et on le frappe à la main avec le poing pour qu'il prenne bien la forme des kes. Et ceux jusqu’au raz des "Ques" ou voir plus haut si on veut en mettre plus. Pour bien il faut en mettre au moins 10 cm. ( dans mon cas j’étais limité en hauteur j'en ai mis que 8 cm) On essai ensuite d'égaliser à la main, en frottant avec le plat de la main.


Il faut compter faire environ 2 à 3 m2 à l'heure mélange compris.
Pour une épaisseur de 8 cm (au raz des kes), j'ai consommé 30 L de torchis par m2.

Il faut ensuite laissé sécher, entre 1 semaine à 1 mois en fonction de la saison et de la région. La terre doit changer de couleur et devenir plus claire.
On peut marcher sur ce torchis, mais à la longue il va dégager pas mal de poussière. Il faut donc y mettre un revêtement, au choix:  Parquet, plancher, carrelage, finition en terre crue.

Dans mon cas ce sera du plancher.

 

Pose du plancher:

 

Il faut d'abord poser des lambourdes pour fixer le plancher.

On peut prendre des chevrons de 5 cm x 7 cm par exemple.

Dans notre cas j'ai un problème de hauteur de plafond, je ne peux rajouter que 5 cm en tout et pour tout. Je me suis donc servis de planches de 27 mm d'épaisseur par 10 cm de large. L'espacement entre les planches doit être inférieur à 50 cm pour un plancher de 2cm d'épaisseur.

Le sol n'est pas droit, car les "Ques" sont irrégulières. Il faut donc caler les planches pour que le dessus soit au même niveaux.

On les calles avec différentes petits bouts de contreplaqués de différentes épaisseurs. Ensuite j'ai bourré un peu de plâtre sous les planches pour qu'elles soit callé de partout.

On peut aussi fixer les planches sur les "Ques avec des vis". Mais dans ce cas on crée  pont phonique, l'isolation s'en trouve amoindrie.

Une fois les planches calées, on peut remplir le vide qui correspond à l'épaisseur de la planche par un isolant, ici de la ouate de cellulose en vrac. Ça améliore l'isolation phonique, mais ça freine un peu l'inertie du plancher.

J'ai aussi rajouté des bandes de 4 mn de liège entre les planches et le plancher pour améliorer l'isolation phonique au bruit d'impact.

P1010026--640x480-.JPG

Ensuite il n'y a plus qu'a poser le plancher en le clouant sur les planches.

P1010036--640x480-.JPG

Pour la protection du plancher pensez à des vernis ou des huiles écologiques.

Comments