La respiration des murs

Ces informations sont le fruit de notre expérience et d'un long travail.
Nous les mettons à disposition gratuitement. Afin que cela perdure, soutenez nous simplement
en adhérant ou en faisant un don.


Voici des exemples de calculs de permanence des murs d'un bâtiment.

L'objectif de ces calculs est de vous aider à choisir sur un mur un revêtement intérieur en adéquation avec le revêtement intérieur, afin de favoriser une bonne migration de vapeur d'eau de l'intérieur vers l'extérieur du bâtiment.
Il est conseillé d'avoir d'abord consulter notre page sur l'humidité pour bien comprendre l'intérêt de ces calculs.

Le calcul du Sd.
Le Sd est l'épaisseur d'air équivalent pour la diffusion de vapeur d'eau. Il représente la capacité de la couche d'un matériaux à respirer ou non.
Plus le Sd est élevé, plus le mur est étanche à la vapeur d'eau. A partir de Sd > 18, le mur ne respire quasiment plus.

Le Sd peut vous être donnée par le fabricant de matériaux, c'est la cas pour les freines-vapeur (Sd entre 2 et 10 en moyenne), les pare-pluie respirant (Sd environ 0,02), l'OSB va de 1 à 5 en moyenne.

Pour les autres, il faut le calculer.

Sd = épaisseur du matériaux en mètre x coefficient Mu du matériaux.

Exemples:
Enduit ciment 2 cm = 0,02m x 82 = 1,64
Enduit chaux NHL3,5 2cm = 0,02m x 13 = 0,26
Enduit terre 4 cm = 0,04m x 6 = 0,24
Enduit plâtre 1cm = 0,01m x 9 = 0,09

On calcul en général le Sd des matériaux les moins respirant côté intérieur et extérieur du bâtiments. Ce sont ceux qui assurent en général le rôle de frein vapeur à l’intérieur ou de pare-pluie à l'extérieur.

Quelle valeur Sd choisir?

Nous nous plaçons ici dans la cas d'un mur d'habitation chauffé et en hiver. Il fait donc chaud et humide à l'intérieur, et froid et sec à l'extérieur (mais si je vous assure, sinon relisez cette page).

Le principe est simple:
- Tout les matériaux qui constituent le mur doivent être respirant (Sd >18).
- Le mur doit être moins respirant à l'intérieur qu'à l'extérieur, afin de permettre à la vapeur de ressortir du mur plus vite à l'extérieur qu'elle n'y rentre à l'intérieur.

Il y' a plusieurs cas de figures, on va les simplifier et n'en garder que 2.

Cas 1: Matériaux monomur.
C'est quand votre mur est fais d'un matériaux continue en général enduit sur les 2 faces.
C'est le cas de la botte de paille enduite des 2 côtés par exemple.

Dans ce cas:   Sd intérieur > Sd extérieur  OU Sd extérieur < 1

Exemple:
Un enduit chaux de moins de 6 cm à l'extérieur. (et par exemple un enduit terre intérieur).
Et au delà, il faudra que l'enduit intérieur est un SD légèrement supérieur, donc un peu plus épais par exemple si c'est le même enduit.
On proscrit l'enduit ciment en extérieur.

Cas 2: Autres cas.
Il s'agit en général de cas ou l'on utilise des plaques type OSB ou des films type frein-vapeur et pare-pluie.

Dans ce cas:  Sd intérieur >  5 x Sd extérieur ET Sd extérieur < 1

Exemple:
Pare-pluie respirant extérieur (Sd 0,02) et frein vapeur intérieur (Sd 2 à 5) ou enduit terre (Sd 0,24).
OSB intérieur et enduit chaux extérieur.
L'OSB en extérieur est donc à éviter.

Et la terre crue terre?
La terre a un Mu très faible, ce qui fait de lui un matériaux respirant, mais d’après les calculs , elle peut être un peu trop respirante dans certains cas.
Dans la réalité c'est un peu différents, le Mu est calculé à l'état sec. Or l'argile (qui constitue la terre en grande partie) est le champion des matériaux dit hygroréglables . C'est à dire que plus son taux d'humidité augmente plus le Mu, et donc le Sd, augmente. Jusqu'à devenir complètement étanche à l'état humide, raison pour laquelle on étanchéifie les bassins avec.
Donc dans la pratique, la terre crue est la matériaux idéale pour servir de frein vapeur à l'intérieur.
De plus la terre crue va d'abord stocker la vapeur d'eau en quantité importante avant de la laisser passer dans le murs, les murs seront donc protégés de l'humidité.
Il faut vraiment avoir un bâtiment très humide sur une longue période pour que cela pose problème, une cave par exemple.

Et pour un pièce réfrigérée?
Par exemple une chambre froide écologique réfrigéré.
Le problème est inverse, il fait chaud et sec (ou humide) dehors et froid et humide dedans.
Malgré tout l'humidité va avoir tendance à vouloir rentrer à l'intérieur, et une fois rentré l'espace étant limité on va rapidement atteindre des taux d'humidité important et donc beaucoup de condensation.

Pour ce dernier point, il n'y a pas trop de soucis, l'eau va condenser dans l'échangeur de la chambre froide , et celui-ci est prévu pour la récupérer et la faire s'égoutter à l'extérieur.

Pour la respiration des murs, on aura plutôt intérêt à avoir des murs complètements étanches et lavables à l'intérieur (ça va souvent ensemble).
Côté extérieur, mieux vaut jouer la sécurité et à avoir un frein vapeur hygroréglable. Si les murs sont abrités de la pluie, un enduit terre sur des bottes de paille est une bonne solution.

Et en climat tropicale?
Le problème ne se pose que pour les bâtiments isolés, donc ceux climatisés.
Dans ce cas on est un peu comme dans une pièce réfrigérée.

Pour aller plus loin:
Consulter les Règles Professionnelles de la construction en paille qui vous donnent des calculs plus complets des différents de cas de figures dans un bâtiment en botte de paille, mais on peut appliquer ces calculs à tout les bâtiments en matériaux respirant.

Comments