Terre-paille

Nous mettons à disposition ces précieuses informations gratuitement, elles sont le fruit de notre expérience et d'un long travail.
 Avantages Inconvénients
Très faible cout en matériaux.
Très facile à réaliser.
Réalisable en faible épaisseur (cloison).
Finition enduit terre ou chaux ou plâtre.
Parois à bonne voir très bonne inertie, (bonne protection contre la chaleur).
Présence de terre qui améliore la performance thermique.
Bonne résistance mécanique.
 Mise en œuvre un peu longue.
 Temps de séchage un peu long avant l'enduit.
 Capacité d'isolation moyenne et difficile à évaluer, donc à faire reconnaître.


Technique utilisable en cloison ou en mur extérieur.

La technique consiste à fixer des chevrons, ou des planches verticalement qui servent d'ossature. Un espacement maximum de 50 cm est préférable, au delà c'est moins solide surtout pour les cloisons.

On peut aller jusqu'à 80 cm d'entraxe avec une ossature adaptée en 3 épaisseurs.

Ensuite il suffit de fixer des banches de chaque côté de la cloison, ou d'un seul côté si c'est contre un mur existant.

Il faut ensuite réaliser le mélange de terre paille, composé de:

- Pour une botte de paille standard: 100cmX50cmX35cm. Préalablement décompactée à la main ou à la fourche.

- 2 à 4 seaux de terre par botte pour autant d'eau (le dosage dépend du taux d'argile de votre terre). Il est préférable de laisser tremper la terre quelques heures avant dans l'eau.



La terre est mélangée à l'eau avec un malaxeur à main ou une bétonnière, il doit être assez liquide. Réaliser le test du gant pour vérifier la bonne teneur en argile du mélange (Voir vidéo)

Ensuite verser les seaux sur le tas de paille et mélanger avec une fourche. On peut utiliser un "truellossoir" (voir vidéo) 


 
Le malaxage de la barbotine
   
Le truellossoir en action
 
 
  
Le mélange doit crisser au froissage de la paille.  Le mélange est plus facile à mettre en œuvre si il à reposer une nuit.
  

  Mettre une couche de 10 à 20cm de ce mélange entre les banches et bien tasser avec un bâton en insistant dans les coins et contre les banches. Recommencer l'opération jusqu'en haut de la banche.

 
       


   
   

En faible épaisseur, pour tenir le terre paille, tous les 50 cm je fixe une morceau de canne de provence horizontalement, ainsi que quelques clous sur l'ossature.

On peut retirer les banches tout de suite, les fixer plus haut et continuer le mur.La aussi c'est mieux de les laisser en place une nuit, mais pas plus.

   

Une fois arrivé en haut du mur, il reste un espace de 20 cm de haut ou l'on ne peut plus tasser.
Faite un mélange plus collant, avec plus de terre et remplissez en tassant à la main.

On peut éventuellement remettre un banche pour bien écraser le mélange.

On peut aussi mettre un peu de plâtre (10%) dans la barbotine pour que ça durcisse plus vite à cet endroit
   

   
   


Le séchage est assez long, plusieurs semaines jusqu'à 3 mois (voir +) en fonction du dosage en terre, du climat et de l'épaisseur du mur.

Des grains de blé peuvent germer quand le séchage est lent. Quand ils sont desséchés, c'est que c'est sec !



 Tant que les murs sèchent ils restent un peu fragile, une fois sec, ils sont étonnants de solidité. 

1 botte de paille (100x35x50 cm) permet de réaliser environ 2 m² sur 7 cm d'épaisseur.

(0,18 m3 (180 l) de botte = 0,14 m3 (140 l) final soit une perte de 30% du volume).


Temps de réalisation: Une fois l'ossature réalisée, pour 20 cm d'épaisseur, environ 2 à 3 m2 par jour et par personne.

Un bricoleur à inventé un mélangeur à terre-paille, à bricoler avec un moteur, 2 bidons de 200l et une chambre à air.

Qui semble très efficace pour le mélange et doit pouvoir réduire le temps de mise en oeuvre.



La technique en vidéo
Terre paille et confort thermique:

Le pourvoir isolant du terre paille est difficile à quantifier, puisqu'il dépend de la quantité de terre que vous avez mis et du tassement.
Le lambda est moins bon que la paille seule, toutefois les derniers essais Cofrac ne sont pas si mauvais:
- Pour une densité de 330kg/m3: Le lambda est de 0,1 W/m.k
- Pour une densité de 212kg/m3: Le lambda est de 0,078 W/m.k
 
C'est 2 fois moins performant qu'un isolant en laine végétale par exemple.

Mais pourtant, dans la réalité la consommation énergétique des maisons en terre paille est très faible, elle contredit les études thermiques. Et surtout le confort thermique est  excellent, surtout l'été en climat chaud.
Rien d'étonnant à cela, puisque la présence de terre crue permet:
- d'apporter de l'inertie.
- de favoriser les échanges de vapeur d'eau, dont nous savons maintenant le rôle essentiel qu'ils jouent dans la régulation thermique d'un bâtiment, hiver comme été (plus d'explications dans notre page sur l'humidité).
C'est 2 facteurs essentiels du confort thermique, sont malheureusement peu voir pas du tout pris en compte dans les études thermiques. Notamment dans la Réglementation Thermique 2012 obligatoire à l'obtention d'un permis de construire.
Cela explique que les prévisions de consommation thermique des bâtiments contenant de la terre crue sont toujours sur-estimés par rapport à la réalité.

Pour aller plus loin:


 Un très bon livre sur le sujet:
"Construire en terre-paille" de Alain Marcom aux Éditions Terre Vivante

Le site officiel dédié au terre-paille:
http://terrepaille.fr/


Crédit photo: APTE et Lorraine Bonduelle

Comments