Nos fiches techniques‎ > ‎L'eau‎ > ‎

Les toilettes sèches

Ces informations sont précieuses. Elles sont le fruit de notre expérience et d'un long travail.
Nous les mettons à disposition gratuitement. Afin que cela perdure, soutenez nous simplement
en adhérant ou en faisant un don.

Pourquoi utiliser les toilettes sèches?

Tout d'abord pour faire des économies d'eau. Une chasse d'eau c'est 5 litres à chaque utilisation.

Cela peut représenter 20% de notre consommation.

Et surtout pour arrêter de souiller de l'eau potable. Les eaux des toilettes (les eaux vannes) sont les plus difficiles à traiter. Elles nous obligent à utiliser des stations d'épurations ou des systèmes autonome surdimensionnés, coûteux et peu efficace.

Si il n'y avait pas d'eau vannes dans les eaux usées, la taille du système de traitement pourrait être réduit par 5 à 10! Si vous optez pour une phytoépuration, le système devient alors plus simple à réaliser.

Et enfin, pour arrêter de gaspiller toute cette matière organique. Une fois correctement composté , nos excréments sont une formidable source de nutriments pour les plantes. Et l'urine une formidable source d'azote.

Les différents types de toilettes sèches:

Les toilettes à compost ou toilettes à litière (sèche) ou TLB (Toilettes à Litière Biomaîtrisée)

Les plus simples à installer. Une simple cuvettes avec un récipient en dessous suffit. Préférez un récipient inox qui fixe moins les odeurs que le plastique.

Comme pour tout les toilettes sèches ont fait ses besoins toujours assis.

On jette une poignée de matière organique absorbantes après chaque utilisation.

N'importe quelle matière organique absorbante et aéré fait l'affaire. L'idéale est un mélange de copeaux de bois avec un peu de sciure (mais pas trop, sinon il n'y a plus assez d'air).

Quand le seau est plein, on le met sur un tas de composte dédié (voir plus bas).

Il existe tout un tas de magnifiques toilettes dans le commerces, au désigne originale. Mais vous pouvez les fabriquer vous même.

Si la matière organique est bien absorbante, il n'y aura pas d'odeur. Mais il faut tout de même aérer la pièce.

 
   

Le vidage du seau peut être vécu comme une corvée, il existe pour cela d'autres systèmes.

Les toilettes à séparation

Ici on va séparer l'urine du reste à l'aide d'une cuvette spéciale.

Les urines sont récupérées dans un bidon ou un plus gros récipient .

Les fèces vont dans un récipient avec une ventilation qui va les sécher, et que l'on va vider beaucoup moins souvent car il n'y a pas de copeaux à ajouter ici.

Il existe des systèmes de tapi roulant à pédale qui envois les parties solides derrière les toilettes. Où se trouve le compost (à lombric en général).

Les urines peuvent être utilisées diluées pour arroser et nourrir des plantes, et/ou composté avec le reste. Ou envoyer au tout à l'égout, mais c'est bien dommage.

 
   
 
 

Les urinoirs secs

En volume on produit plus d'urines que le reste. Pour avoir besoin de vider moins souvent les toilettes et dans le cas de grosses manifestations ou il y'a beaucoup de monde (qui boivent beaucoup de bières). On peut installer séparément un urinoir sec.

Ce la ressemble à un urinoir classique, mais il y a un système de siphon sec qui permet de se passer d'eau (ou presque, un peu d'eau de temps en temps pour rincer  l'urinoir permet d'éviter les odeurs). Il existe différente systèmes de siphon, avec une membrane spéciale, avec de l'huile... On les trouve facilement sur internet.


Et encore plus simple, en extérieur, l'urinoir en botte de paille. La paille est très riche en carbone, l'urine apporte l'azote nécessaire pour faire rapidement un très beau composte.

Il faut changer le botte de paille de temps en temps.

 
 


 

Et touts les autres

Il existe de nombreuses variantes de ces deux systèmes. Avec notamment pour objectif d'avoir moins de maintenances.

Certains sont positionnés au dessus ou à côté (pour ceux avec tapi et pédale) d'une grosse cuve, qui permet de tenir 6 mois à un an avant d’effectuer une vidange.

L'urine est souvent séparé, sur la cuvette ou au travers du réservoir.

Avec ce type de réservoir, le composte se fait directement dans la cuve. Surtout si on utilise un lombricompost.

Il y a peu de maintenance, éventuellement un brassage de temps en temps pour aérer. On récupère directement du compost.

Par compte, cela demande un peu plus de place.

On en voit parfois en site isolé.

Il y a quelques immeubles en villes équipées de ce type de système, ou tout est envoyé dans une cave par un canalisation qui ressemble un peu à un vide ordure. C'est donc aussi possible en ville.

Le composte de toilettes sèches.

Tout le savoir faire des toilettes sèches est dans le compostage.

Il faut un rapport équilibré entre les matières carbonées et azotés. C'est pour cela qu'il faut y ajouter de la paille pour compenser la forte teneur en azote de l'urine.

Le compost doit être humide mais pas trop et aéré pour permettre aux organismes aérobies de faire leur travail.

C'est pour cela qu'il faut remuer le composte de temps en temps et l'arroser en été.

Il est préférable que le compost soit en contact avec le sol pour permettre un contact avec tous les organismes décomposeurs du sol .

Il faut au moins 2 voir trois bacs de compost. A chaque transfert ça aère le compost.

Comptez au moins un an de maturation pour faire un beau compost, voir 2 pour être plus prudent.

L'ajout de lombrics (spéciale composte, c'est à dire ceux de sous bois) accélère le processus. On peut alors faire un composte en quelques mois.

 
  

Le compost de toilettes est plus délicat que le composte de vos restes de légumes. Car il contient des bactéries pathogènes au départ, elles ne seront éliminés que si le compost est monté suffisamment en température et maturé assez longtemps. Par sécurité il vaut mieux l'utiliser pour faire pousser des plantes dont la partie comestible n'est pas en contact avec lui . Par exemple: les arbres et arbustes, les tomates, les aubergines...

Éviter les légumes en contact avec le sol et qui seront mangés crus (la cuisson élimine tout ces germes): salades, épinards, fraises etc... Au moins, la 1er année d'incorporation dans le sol, ensuite le sol finira pas digérer tout ça.

La réglementation.

Les toilettes sèches n'ont jamais été interdit, il y a longtemps qu'il y en a dans les lieux publiques, et de plus en plus. C'est l'idéal sur les sites isolés qui doivent recevoir du public.

Le compost a pu être plus problématique. En cas de forte pluies sur un sol pas assez filtrant avec une nappes phréatique proche, des contaminations sont possibles. C'est un cas rares, et les toilettes à eau avec fausse septiques ne sont pas plus efficaces dans ce cas.

Toujours est -il que désormais, il est obligatoire de réaliser son compost de toilette sèche sur une air étanche et couverte. Ce n'est pas les conditions idéales pour un bon compost. A vous de décider en fonction de la nature de votre sol de suivre ou non cette réglementation.

Pour aller plus loin:

- Notre formation sur la gestion écologique de l'eau: Le programme / les dates à notre page formation.

- Toilettes du monde, et leur guide sur le sujet.

- Des exemples de différents systèmes de toilettes sèches

Comments