Les terres coulées

 Avantages  Inconvénients
Faible coût en matériaux.
Assez rapide à réaliser.
Réalisable en faible épaisseur (cloison).
Parois à bonne voir très bonne inertie, (bonne protection contre la chaleur).
Présence de terre qui améliore les performances hygrométriques.
Le terre améliore à résistance au feu, à l'humidité et aux éventuelles nuisibles des fibres végétales qui pourrait être sensible à ces trois facteurs.
Le mélange peut se faire à la bétonnière.


Temps de séchage un peu long avant l'enduit, en fonction de la capacité des fibres végétales à absorber l'eau.
Capacité d'isolation moyenne et difficile à évaluer, donc à faire reconnaître.


Le principe consiste à enrober des fibres végétales dans de la terre. On peut aussi utiliser de la chaux, ce sera plus résistant (humidité, insectes) , mais ce sera moins lourd et moins écologique.

Un grand nombre de fibres végétales peuvent être utilisés: chanvre, paille hachée, copeaux de bois, balles de céréale, liège, roseau etc..  Les fibres ne doivent pas être trop longue, moins de 10 cm, il faut donc parfois les broyer grossièrement avant.

La terre doit être argileuse, plus elle l'est moins on peut en mettre, et donc avoir un mélange plus isolant. Si c'est l'inertie que l'on cherche, alors presque toutes les terre vont.

Ce mélange doit ensuite être versé dans un coffrage respirant pour pouvoir sécher. Le mélange n'a pas vocation à se tenir seul. On utilise en général cette technique de coffrage perdu.

Attention, le mélange peut être assez lourd et déformer le coffrage perdu (il doit être bien fixé). Si c'est le cas, il faut remplir en plusieurs fois et laisser sécher quelques jours entre chaque levée. On peut essayer d'ajouter un peu de plâtre au mélange (environ 20% du volume de terre) pour une prise plus rapide.


Voici quelques exemple de mélanges :

Le chocopops (mélange terre-balle de riz)

C'est le mélange le plus simple à réaliser.

Dosages (en volumes) :

                    • 6 balle de riz / 1 à 3 terre  

Fabrication :

      • On introduit 6 seaux de balle de riz dans la bétonnière.
      • On fait une barbotine de terre (composé de à 1 à 2 seau de terre et un peu moins d'eau).
      • On verse cette barbotine dans la bétonnière qui tourne, pour bien à l'aide d'un cuillèrossoire ou truelosoire (voir la vidéo), pour bien homogénéiser le mélange.
      • Laisser tourner quelques minutes, c'est prêt. Ça doit ressembler à du chocopop's (en plus lourd et moins digeste).



La balle de riz à l'avantage d'absorber peu d'eau. Elle se mélange donc mieux à la barbotine de terre, et sèche plus vite.
La densité maximum est de 400 à 500 kg/m3 en fonction du type de terre.

Le lambda doit avoisiner les 0,1 (à confirmer par des mesures) c'est donc un isolant moyen.
Mais son atout c'est l'inertie thermique et hygrométrique qu'il apporte.







Le mélange à la bétonnière:


Mise en œuvre :
  • Par voie humide, immédiatement après la fabrication
remplissage chocopops

Chocopops Remplissage mur



  • Par voie sèche (le chocopops est préfabricable à l'avance). On l'étale sur une dalle ou sur le sol extérieur. Il sèche (vent, soleil). Si nécessaire, on le remue pour accélérer le séchage (idée pas testée : motoculteur). Une fois sec, on le déverse dans une ossature.

Le mélange en terre-copeau: 
Dosage (en volumes) :
  • 5 copeaux / 1 terre / 1 Paille de lavande haché (ou autre paille) / 1 à 2 eau
  • En option pour accélérer la prise et/ou stabiliser la terre : Chaux NHL (environ 10% du volume de terre, ou plus).
  • Ce dosage peut varier en fonction de la teneur en argile de la terre (plus elle est argileuse, moins on en met).
Vous aurez un volume final qui fera environ 5 volumes, c'est  à dire le même volume que les copeaux.

Fabrication :
L'ordre de mélange dans la bétonnière est important, je conseille de mettre d'abord la terre avec l'eau, de laisser mélanger (ça doit faire une barbotine assez liquide). Puis éventuellement la chaux. Puis la paille haché, puis les copeaux.
La quantité d'eau aussi est importante. Elle dépend beaucoup de l'humidité de la terre. Il faut un mélange pas trop humide, mais ou chaque particule de copeaux et de paille soit recouverte d'une fine couche de terre.
Le mélange se fait à la bétonnière et doit être assez sec pour éviter qu'il ne se tasse.

Mise en œuvre :


Il est conseillé de ne pas faire plus de 1,5m de hauteur à la fois pour éviter un tassement trop important en bas du mur, et donc une légère perte de performance d'isolation.

Dans ce cas, il faut attendre au moins 1 semaine avant de continuer le mur.
Le mur est assez long à sécher, attendre plusieurs semaines avant de faire les enduits.

Avec ce mélange les capacités d'isolation sont un peu moins bonne qu'un bon terre paille très allégé. Une densité d'environ 300 à 700kg par m3. Le lambda est difficile à estimer, il est autour de 0,12

Pour des cloisons intérieures et dans le cas on veut faire de l'inertie, on peut augmenter la quantité de terre, et d'autant la quantité d'eau. Dans ce cas le tassement a peu d'importance. Le poids du mélange sera plus élevé, il faudra bien surveiller que les canisses ne bougent pas.



Et en haut du mur:

En haut du mur, il peut y avoir un léger retrait en séchant qui crée un pont thermique ou phonique.
Pour l'éviter et tout simplement réussir à remplir le haut du mur, on insère sur les derniers cm un isolant plus souple que l'on va compresser autant qu'on peut, et qui va pouvoir se décompresser en cas de retrait.

Vous voyez un exemple avec du terre-paille léger sur la vidéo ci-dessous.
Ça n'est pas le plus souple des isolants, une laine est préférable, laine de bois ou laine de chanvre par exemple, sur 5 à 10 cm.







 
Comments