Nos fiches techniques‎ > ‎L'eau‎ > ‎

Récupérer et traiter l'eau de pluie

Ces informations sont précieuses. Elles sont le fruit de notre expérience et d'un long travail.
Nous les mettons à disposition gratuitement. Afin que cela perdure, soutenez nous simplement
en adhérant ou en faisant un don.

Pourquoi récupérer l'eau de pluie?

Tout d'abord quand on pas la choix et quand est en site isolé, là la question ne se pose même pas.

Pour faire des économies d'eau, que ce soit pour des raisons économiques et écologiques.

Pour avoir de l'eau de meilleur qualité. L'eau du réseau est en général de bonne qualité, mais pas toujours en fonction de ou vous habitez. L'eau du réseau peut aussi être chargé en chlore ou trop calcaire, autant de désagrément que n'a pas l'eau de pluie.

Comment récupérer l'eau de pluie?



Le système peut être plus ou moins complexe.
On peut simplement mettre une cuve qui récupère l'eau de pluie sous la descente d'une gouttière.

Ou aller vers des systèmes plus complexes de cuves enterré, de filtres et de pompe.
Cela dépendra du budget que vous vous y mettre et de l'utilisation que vous voudrez en faire.

Voici les différents éléments.

Le revêtement de toiture:

Tout les revêtements ne sont pas adaptés, il faut de préférences un revêtement inerte qui ne relargue rien de nocif  dans l'eau, voici ceux qui peuvent poser problèmes:

- Les revêtements bitumés: Ils peuvent relargué des résidus de produits pétrolier. Il y'a débat sur la question, car au bout d'un certains nombre d'années ils en relargue probablement beaucoup moins.

- Les toitures en amiantes: Encore que l’amiante est surtout dangereux en inhalation. On peut assez facilement la filtrer dans l'eau.

- Les toitures végétales: Tout d'abord elle fixe une partie de l'eau, il y'en a donc moins qui sort. Ensuite elles sont souvent trouble et chargée en matières organiques, qui vont un peu moisir dans l'eau. On peut arroser avec sans problèmes, mais pour la potabiliser il faudra une bonne filtration.

Les cuves:

Il faut choisir entre:

- Les cuves à l'air libre:

 L'eau y est maintenu à température ambiante et exposé à la lumière si la cuve n'est pas opaque. Ce n'est pas l'idéale car des micro-organismes et des algues vont se développer. Pour arroser ça ira. L'avantage est qu'on peut se passer de pompe si la cuve est un peu mise en hauteur.

Il existe des cuves de toutes taille et à  tous les prix. On trouve même des cuves souples que l'on peut loger sous une terasse ou un vide sanitaire.


 
   
 Cuve à l'air libre
   Cuve souple

- Les cuves enterrées:

C'est elles qui garantissent la meilleur conservation de l'eau. Mais elle on un coût plus élevé, notamment pour la pose. Et il faudra une pompe.

Il y a deux types de cuves:

- Les cuves en plastiques: Plus légères et donc plus facile à installer. Elles ne permettent pas de minéraliser l'eau, si c'est pour la boire, il faudra rajouter des blocs calcaires à l'intérieur.

- Les cuves en béton: Plus durables dans le temps, mais plus lourdes. Il faut une grue pour les manipuler. Le béton minéralise naturellement l'eau.

D'un point de vue impacte écologique, entre béton et plastique, c'est un peu choisir entre la peste et le choléra.

Il n'existe pas vraiment d'alternatives, si ce n'est de faire une cuves en pierre et en chaux à l'ancienne, mais c'est un gros travail.

 
 
 


 cuve plastique
   cuve béton

On peut raccorder plusieurs cuves ensembles, le raccordement se fait en général par un tuyau en partie basse de chaque cuve. De cette manière toutes les cuves se mettent au même niveau. Il suffit d'en remplir une pour qu'elles se remplissent toutes, et de même pour les vider. Une seule sortie ou une seule pompe suffit pour vider toutes les cuves.

Ou alors on peut les raccorder en partie haute. Dans ce cas, la 1er cuve se remplit, puis la cuve suivante ne commence à se remplir que quand la 1er et pleine et ainsi de suite. Dans ce cas, chaque cuve doit se vider séparément, il faut  une pompe ou une sortie  en partie basse pour chaque cuve.

- Comment dimensionner son installation:

La nombre de cuves à installer est très variable d'une région à l'autre.
Il faut commencer par récupérer les quantités moyennes de précipitations dans votre région, par période de 10 jours (par décade) par exemple. Météofrance peut vous les fournir.
Pour chaque période vous multipliez ensuite ces quantités par m2, par la surface de toiture en m2 ou vous récupérer l'eau de pluie.

En face, il vous faut estimer votre consommation d'eau sur ces même périodes.

Vous commencez par faire le cumul de ces 2 données, puis la différence. Vous allez vous apercevoir si vous pouvez récolter suffisamment d'eau sur l'année pour être autosuffisant. Sinon, il faut augmenter la surface de toiture collecté, ou baisser votre consommation!
Il n'est pas toujours possible d'être complètement autosuffisant, surtout dans les régions avec de longues période de sécheresse. C'est embêtant si vous êtes en site isolé, sinon vous compléterez avec l'eau du réseau.

Ensuite vous mettez ces données par décade dans un beau graphique. Et vous cumulerez le déficit en eau pendant la période de sécheresse si il y'en a une, cela vous donnera en théorie le volume des cuves à installer.
La aussi, dans les région ou les périodes de sécheresse sont longues, la volume d'eau à stocker peut être colossale. Il faut trouver un optimum économique.

- La pré-filtration:

Il faut éviter qu'il y'ait trop de matières organiques dans l'eau qui pourrait se décomposer: feuilles mortes, insectes, oiseaux, rongeurs...

C'est pour cela qu'il faut installer au minimum des grilles avant la cuve.

Vous pouvez commencer par mettre des crapaudines ou des grilles dans les gouttières.

 
 
 

Puis un filtre après la descente. Cela peut être un simple panier dans le regard ou des systèmes plus élaborés.


- La potabilisation de l'eau:

L'eau pluie est assez pure en comparaison de l'eau du robinet ou d'un forage. Mais pas complètement.

Tout d'abord elle contient des bactéries et virus qu'elle a attrapé en passant sur votre toit.

Ensuite, elle peut s'être chargé de poussière et autres polluants présents dans l'air, y compris un peu de pesticide voir de métaux lourd en ville.

Si vous l'utilisez pour le jardin ou les toilettes, pas forcément besoin de la filtrer.

Pour une utilisation domestique, il y'a au moins un filtre à sédiment qui enlève les plus gros éléments.

Pour la boire, il faudra ensuite des filtres plus fin, il y a plusieurs systèmes au choix:

 Système de filtration
 Filtre UV  Filtre charbon actif
 Filtre Céramique
 Osmoseur
Principe de fonctionnement
L'eau passe sous lumière UV qui détruit les organismes vivants
 Produit très poreux qui emprisonne les produits.
L'eau passe à travers travers les micro-pores de 0,5 à 0,2 microns de la céramique qui retient les bactéries et les résidus chimiques les plus fins. L'eau passe sous pression sur une membrane filtrante. Une partie passe dans la membrane et est potable, elle est stocké dans un petit réservoir, c'est celle la qu'on boit et utilise pour la cuisine.

Polluants filtrés
 Bactéries et certains virus
Absorbe les ions , le chlore, les résidus de pesticide.
Neutralise les bactéries et virus.
Neutralise le PH
Presque tout sauf les nitrates et les oligoèlements.
Enlève presque tout, même les nitrates et malheureusement aussi les oligo-éléments.
Coût approximatif
 Environ 400€ Variable entre une carafes rechargeable ou un filtre sur robinet. A partir de quelques dizaines d'euros.
 A partir de 100€. De 200€ à 1200€;
Il y a des pré-filtres complémentaires à changer tous les ans.
 Notre avis  Consomme beaucoup d’énergie pour pas grand chose.
Bon rapport qualité prix, mais il faut bien changer les cartouches à temps, sinon les polluants finissent pas être relargué dans l'eau.
Les carafes sont moins efficaces.
Très efficace.
Il est souvent couplé avec un filtre à charbon actif.
Assez chère, mais le plus efficace, surtout contre les nitrates. Mais il est déconseillé de ne boire que cette eau, car elle manque de minéraux.

Pour aller plus loin:

- Notre formation sur la gestion écologique de l'eau: Le programme / les dates à notre page formation.

www.eautarcie.org   site d'information basé sur les travaux de Joseph Orszagh


Comments