ITE en paille

La plupart des bâtiments en paille sont des bâtiments neufs. Et pourtant l'isolation des bâtiments existants est un enjeux majeur en terme de réchauffement climatique. Il est bien plus écologique de rénover le bâtiments existant que d'en construire un nouveau.

L'isolation thermique par l'extérieur étant le moyen le plus efficace pour rendre un bâtiment performant. Et pourtant ça n'est pas encore la solution majoritairement utilisée, surtout en botte de paille.

La raison principale vient du fait qu'il faut qu'un certain nombre de condition soient réunis pour que ce soit possible:

  • Il faut avoir la place de le faire. la aussi si vous mordez trop sur l'espace publique ou chez le voisin, ça ne sera pas possible.

  • Il faut avoir le droit de le faire. Ça peut être impossible si vous avez un bâtiment en ville ou dans un village. Cela va faire décrocher votre façade du reste de la rue. Les services de l'urbanisme peuvent vous le refuser. Certaines villes commence à autoriser un décrochement de la façade à partir du 1er étage.

  • Il faut un débord de toit suffisant. Particulièrement avec la botte de paille, l'isolation fera 40cm, et pour bien il faut un débord de 30 à 50 cm. Si vous devez refaire le toit, il faudra le rallonger. Ou sinon, on peut aussi ajouter une couvertine sur votre isolation.

  • Il faut des façades adaptées, c'est à dire qui ne comportent pas trop de détails compliqués qui ressortent du mur. Pas trop d'équipements , ni de fenêtre. Car c'est sur ces détails que l'on va perdre du temps et donc qui feront monter le budget.

  • Pour les isolants sensibles à l'eau liquide comme la paille, il ne doit pas y avoir de remontés d'humidité dans le mur à l'endroit ou vous la poser. On devra parfois démarrer l'ITE à partir de 50cm voir 1m du sol. En dessous on mettra un matériaux résistant à l'humidité et si possible respirant: Béton cellulaire, verre cellulaire, liège etc...

Si ces conditions sont réuni vous pouvez vous lancer dans l'ITE.

Vous pouvez utiliser une des nombreuses techniques d'isolation que nous vous présentons sur notre site: terre-paille, coffrage perdu, béton végétaux etc...

Mais si vous avez la place en épaisseur, voici une technique facile et imbattable en terme de prix et assez rapide.

l'ITE en Paille méthode APTE

(vu que c'est nous qui l'avons inventé!)

Rappel:

La pose de bottes de paille comme isolant est une technique encadrée par des règles professionnelles. Il vous est fortement conseillé de faire une formation propaille pour vous assurer de poser la botte de paille dans les règles de l'art et/ou de vous faire accompagner par un professionnel.

Nous proposons régulièrement ces formation. Vous trouverez la liste de toutes les formations au niveau national sur le site du RFCP.

Consultez aussi notre page sur le sujet.

Un exemple de chantier au Gabion à Mane (04)

La technique:

Le principe est très simple à comprendre.

On commence pas implanter une lisse basse en bois de 36cm de large (ou un peu plus) qui supportera surtout le 1er rang. (qui sera pré-isolé).

On peut:

  • la suspendre au mur avec des grosses équerres en dessous. Attention à ce que ce soit assez solide.

  • la faire reposer sur un sous-bassement. En béton cellulaire par exemple. Nous recommandons cette méthode.

Si le mur n'est pas droit, pensez à boucher avec du mortier l'espace entre la lisse et le mur (pour éviter de faire passer de l'air ou des rongeurs).

Si le débord de toit n'est pas suffisant, il vous faudra rallonger le toit, en ajoutant une lisse haute, sur le même principe. C'est souvent le cas sur les pignons.

On peut utiliser des équerres en OSB (18mm) que l'on plâtre sur le mur. (ou avec un mortier de chaux).

Même principe si vous êtes sur un mur à "l'égout", (c'est à dire en bas de pente).

Ici, on poser une lisse en bois un peu plus basse que le niveau des tuiles. Puis on a rallongé le pare-pluie et rajouter quelques rangs de tuiles.

Ensuite, à partir de la lisse basse, vous tracer un trait à l'horizontal tout les 47cm (En général la hauteur d'une botte, à vérifier avec les votre).

Et vous venez spitter des vis à œillet (ou pitons) sur cette ligne. Les œillets doivent être espacés d'une distance égale à la moitié de la longueur de vos bottes de paille. Tout les 50 cm pour une botte de 1m. De manière à ce qu'il y'en ait 2 par botte de paille.

Vis à oeillet

Une alternative à l’œillet. Une rondelle pliée et percée.

C'est un peu plus long car il faut le fabriquer, mais c'est beaucoup plus économique.

Ici dans un mur en parpaing, le test à l'arrachement était très concluant.

Ensuite vous posez des bottes sur champs sur votre lisse basse, en partant d'un angle du bâtiment. Il y'aura une découpe de la botte quand vous arrivez au bout, ou quand vous arriverez contre une porte ou une fenêtre.

Comme pour toutes les autres techniques de pose de bottes de paille, il vous faudra redresser les bottes de paille avant de les poser, pour limiter les trous dans les angles des bottes.

Fabriquer un U en métal : fer de 6mm au moins, dimension au moins 15cm+20cm+15cm.

Enfoncez le dans la vis à œillet et dans la botte. C'est un 1er maintient de la botte de paille.

Vous pouvez utiliser des agrafes pour toile de paillage, qui en plus sont galvanisé. C'est imbattable au niveau du prix, et ça tient mieux.

A gauche des agrafes galvanisés de paillage. 40x20x20cm

A droite une agrafes faite maison. 20x20x20cm

Préparez des fils de fer à œillet (1,5mm environ) de 110cm de long. Faîtes 2 boucles à chaque bout.

Insérer ces fils de fer dans les anneaux. Puis laisser le dépasser à l'extérieur de la botte (passer les 2 bouts du fil de fer entre les ficelles de la botte pour ne pas les perdre).

Passez au rang suivant en croissant les bottes.

Recommencé la même opération avec les œillets, le U en métal et le fil de fer. Les vis à œillets doivent être à peu prêt alignée à la verticale d'une rang sur l'autre. Et surtout l'horizontale.

Une fois arrivez en haut du mur.

Agrafer un fil de fer épais du débord du toit (ou de la lisse haute ou intermédiaire) jusqu'à la lisse basse. Prenez du fil tendeur de clôture galvanisé peint d'au moins 1,8mm (le gros fil vert). Il s'agit d'agrafes pneumatique de 40mm de long.

Si vous n'avez pas ce type d'agrafeur pneumatique (ça ne coûte pas très cher), on doit pouvoir se débrouiller en entourant le fil autours d'une vis ou avec des cavaliers.

Il y'a un fil en face de chaque ligne de vis œillet verticale. La ou il y'a les fils de fer de 1,5mm en attente.

Il faut bien tendre le fil vert et le fixer à la lisse base.

Vous pouvez doubler le fil vert, de sorte qu'avec un bâton lisse, vous enroulez les 2 fils verts l'un sur l'autre pour bien les tendres.

Puis venez récupérer les fils de fer de 110 cm qui sont en attentes. Venez entourer le fil vert et serrez bien fort.

Vous pouvez vous aider d'une torsadeuse qui sert à attacher les ferrailles dans le béton, ou à attacher les clôtures. Dans ce cas il faut faire 2 boucles au bout de votre fil. (si vous ne l'avez pas déjà fait avant)

Il vous faudra ensuite boucher les trous qu'il pourrait y avoir entre les bottes de pailles, conformément aux règles propaille. A l'aide de poupées de paille

Si vous ne souhaitez pas utiliser de fil de fer, de peur qu'il s'oxyde avec la chaux. Vous pouvez essayer de fixer la botte avec de la ficelle type 250 pour botte de paille. C'est plus difficile à tendre.

Et voila le tour est joué! vos bottes de pailles sont solidement fixées au mur.

Ça ne vous aura pas coûté grand chose et rapide à réaliser!

ITE en paille de blé

ITE en paille de riz

Récapitulatif du matériel nécessaire:

  • Des bottes de paille: environ 2 bottes de 1,1m par m2.

  • Lisse basse et éventuellement lisse haute, assez rigide et solide pour supporter une partie du poids du mur.

  • Vis à oeillet ou piton de au moins 80mm. Pour bien ils doivent s'enfoncer d'au moins 50mm dans le mur. (A vérifier par le test d'arrachement). Environ 4 par m2.

  • Agrafes de paillage 4 par m2.

  • Fi de fer galvanisé de 1.5mm à 1.7mm. Pour les fils à oeillets. Environ 4,5m de fil par m2.

  • Fil tendeur galvanisé (voir peint) de 1.8mm minimum. Un peu plus de 2m de fil par m2.

  • Quelques agrafes ou cavaliers pour fixer le fil tendeur en bas et en haut

  • De l'enduit (voir plus bas): 35 à 40 litres par m2.

Coût: 10€ à 15€ du m2.

Temps de pose des bottes: 2 à 5m2/heure/personne (sans les enduits). Plus si travail en hauteur et beaucoup de découpes.

Les points de détails:

Les angles du murs:

C'est le point faible, il faut donc le fixer aussi.

On peut attacher un fil de fer vert pile dans l'angle pour bien le tenir. Ou mettre un chevron pour être bien droit.

On peut aussi fixer un chevron qui ira de bas en haut, et vous donnera l'alignement de l'angle. On fixe ce chevron entre chaque botte avec les même technique du fil de fer tendu.

On peut fixer un pieux dans l'angle entre chaque rang de botte pour les tenir ensemble.

Quand vous croisez les bottes dans les angles mettez les plutôt en retrait, car il vaut mieux avoir à rattraper un manque avec de l'enduit que de faire une bosse.

Les ouvertures:

Il faudra faire un cadre en bois autours des ouvertures et le fixer à l'aide d'équerres.

Ca cadre être assez solide pour ne pas se déformer, surtout si vous avez des grandes ouvertures. Il faudra peut être dimensionner un linteau.

On peut ensuite faire les tableaux à l'aide d'un panneau de 3 plis ou fixer un support d'enduit et faire de l'enduit. Ce sont les même méthodes que pour des ouvertures dans une ossature bois.

Si on ne pose pas de volet, on peut se passer de cadre autours des ouvertures. Il est préférable à minima d'ajouter un fil de fer verticale ou un bois dans l'angle pour tenir la botte. On le tient comme le bois dans l'angle du bâtiment, avec un fil de fer accroché à un oeillet.

Sinon, si la ficelle de la botte casse en cours de chantier, rien ne l'empêche de s'ouvrir à cette endroit la.

Les enduits:

A la fin, il faudra enduire le mur. Ce sont les même règles que pour un mur en botte de paille classique.

Voir notre page sur le sujet.

Vue que l'on est à l'extérieur, ce sera forcément un enduit à la chaux.

Si on enduit pas tout de suite, on vous conseille de faire rapidement un gobetti à la chaux ou la terre pour protéger le mur de l'eau et du risque incendie. Après un petit débroussaillage.

Débrousaillage

Gobetis à la chaux

Gobetis à la terre

Corps d'enduit

Une façade terminée

Cette même façade passée à la caméra thermique en hiver quand le bâtiment est chauffé.

A gauche le mur isolé est bleu foncée donc très froid, rien ne passe, sauf au niveau de la fenêtre.

A droite, le blanc indique un mur chaud. Il y'a une simple correction thermique en chaux/chanvre à l'intérieur, c'est insuffisant. Le mur est de la même couleur que la fenêtre, preuve qu'il isole autant qu'un double vitrage, donc très peu en comparaison de 36cm de paille!!

(le reste du mur sera fait lors d'une prochaine session de formation).

Est ce que ce sera assez solide?

Avec ce système, presque tout repose sur les vis à œillet. Comme c'est le cas pour la plupart des techniques d'ITE.

Si vous avez un doute, surtout sur la solidité du matériaux qui constitue le mur. Il est possible de faire des essais d'arrachement sur chevilles chez certains fournisseurs. C'est courant en ITE.

Ou vous pouvez vous fabriquer votre propre extractomètre, nous vous donnons la méthode ici, ainsi que les résultat de nos différent tests

La résistance à la rupture des fils de fer est aussi facile à calculer ou mesurer.

Extractomètre certifié

Extractomètre fait maison

(Ca marche trés bien aussi!)

Est ce que tout ces fils de fer sont vraiment indispensables?

Il est vrai que une fois qu'on a planté les grosses agrafes en U métalliques dans la botte de paille, ça tient déjà très bien. Je vous défi de réussir à enlever une botte de paille au milieu du mur!

Les fils de fer permettent d'ajouter une sécurité en plus et de bien plaqué les bottes contre le mur.

Pour le moment , nous resterons avec la sécurité supplémentaire des fils e fer, car ca n'amène pas un surcoût important et ce n'est pas très long à faire.

Mais on doit pouvoir s'en passer, et on le fera certainement quand on aura suffisamment de retour de chantier.

Si vous avez un mur pas trop haut vous pouvez tenter le coup et nous faire un retour.

Y'a t-il un risque que les fils de fer rouillent avec la chaux?

Ca fait plus de 15 ans qu'on utilise du fil de fer pour d'autres techniques, en mur et avec des enduits chaux. Notamment celle-ci.

On a jamais eu de problèmes jusqu'ici, mais nous sommes en Provence, les murs restent humides très peu de temps.

Par précaution il faut utiliser du fil de fer galvanisé et pour bien du fil peint. C'est le fil de tension vert qui sert pour les clôtures. Avec ça , il ne peut pas arrivé grand chose.

Et rien n'empêche d'essayer de le remplacer pour du fil synthétique. De la sangle nylon par exemple, comme c'est le cas pour les murs en paille porteuse.

Puis je le faire en ITI (Isolation Thermique par l'Intérieur):

Oui , rien ne vous en empêche , vous pourrez dans ce cas utiliser des enduits terre. Il faut juste avoir un bâtiment suffisamment grand accepter de perdre 40cm à l'intérieur de chaque mur!

Par contre vous devrez vous assurez que le mur extérieur soit suffisamment respirant pour absorber la vapeur qui passera au travers de la botte. En cas de doute faites faire une simulation d''hygrométrie auprès d'un bureau d'étude.

Et si mon mur n'est pas droit?

Il y'a 2 solutions:

  • Suivre le mur, la botte de paille est un petit élément, elle pourra épouser la forme du mur. Après tout c'est ce qui fait le charme du bati ancien.

  • Jouer sur la largeur des bottes. On peut mettre les bottes sur champs la ou il y'a une bosse, ca fera 36cm de paille, et à plat ou il y'a des creux, on aura alors 47cm (voir moins si on découpe un peu la botte). Il ne faudra oublier de mettre de la paille en vrac au fur et à mesure, entre la botte et le mur la ou il y'a des trous. Cette méthode est un peu plus longue, mais ça marche!

  • Vu qu'il y'a des fils de fer verticaux, si une botte dépasse trop du mur, on peut envisager de couper les ficelles de bottes et tailler ce qui dépasse à la débroussailleuse ou la scie croco.

Ici, nous avons des bottes sur champs en bas de mur (on voit les ficelles) et des bottes à plat au dessus (on ne voit pas les ficelles).

Pour aller plus loin:

De la paille pour l'isolation par l’extérieur d'un immeuble existant en plein Paris

Voici un exemple qui a inspiré cette technique.